31 Jan, 2010

Posted par dans Le diamant | 3 commentaires

La Certification d’un Diamant

La Certification d’un Diamant

Picture1

De nos jours, il y a de plus en plus de gemmes synthétiques et de pierres traitées sur le marché. Celles-ci sont semblables aux pierres authentiques : elles présentent les mêmes propriétés, contiennent souvent moins d’impuretés et sont ainsi plus belles que les vraies. Plusieurs laboratoires indépendants à travers le monde ont la tâche de certifier la qualité et la provenance des diamants.

Pourquoi faut-il évaluer un diamant ?

La Terre produit des diamants uniques et si certains sont très beaux, d’autres présentent des défauts. En 1902, le premier rubis synthétique apporte un nouvel espoir à la gemmologie ; l’offre vient combler la demande. Aujourd’hui, les avancées technologiques permettent de créer des pierres synthétiques de toutes sortes. Il est très difficile pour un acheteur de différencier les pierres façonnées par la nature et celles créées par l’Homme. L’évaluation d’un diamant est importante avant de le commercialiser pour éviter de mettre de circulation des diamants synthétiques et des diamants naturels aux mêmes prix. Des laboratoires gemmologiques sont là pour analyser les diamants et les autres gemmes afin que la commercialisation de ces derniers se passe en toute confiance.

Parmi ces laboratoires, nous retrouvons :

  • Le GIA, « Gemological Institute of America ».
  • L’AGS, “American Gem Society”.
  • L’EGL, “European Gemmological Laboratory”.
  • L’IGI, “International Gemmological Institute”.
  • Le HRD, “Hoor Voor Diamant”.

1. Gemological Institute of America, GIA

Picture2

Cette institution très reconnue a été fondée en 1931 à Los Angeles, par Robert M.Shipley, également bijoutier de formation. Aujourd’hui, après plus de 75 ans d’existence, le GIA compte environ 900 employés : des scientifiques, des enseignants, des diamantaires, etc.

Le but de cet établissement est d’informer le public sur la qualité des gemmes qu’il achète ; de manière à ce que cette procédure se passe en toute confiance. Pour ce faire, le personnel du GIA analyse les gemmes en se basant sur leur connaissance accrue des gemmes. Les valeurs qu’ils prônent durant leur fonction, l’honnêteté et le professionnalisme, sont les piliers de leur réputation de longue date. Le GIA ne cesse d’améliorer le monde de la gemmologie grâce à ses nombreuses recherches continues et à la formation essentielle qu’il offre à ses élèves. Ces deux points font que cet établissement est la référence mondiale dans l’industrie de la gemmologie.

Le laboratoire de gemmologie a analysé quelques des diamants les plus célèbres : le diamant bleu « Hope » (45.52 cts), « The Steinmetz Pink » (59.60 cts), « The Taylor-Burton Diamond » (69.42 cts), « The Allnatt » (101.29 cts), « The De Beers Millenium Star » (203.04 cts), the « Centenary Diamond » (273.85 cts) et « The Incomparable Diamond » (407.48 cts).

Diamants célèbres

Picture3

Hope

Picture4

The Steinmetz Pink

Picture5 The Taylor-Burton Diamond
Picture6

The Allnatt

Picture7

The De Beers Millenium Star

Picture8

Cetenary Diamond

Picture9

The Incomparable Diamond

Les diamants célèbres analysés par le GIA.

Le Gemological Institute of America est également à la tête de fabrication d’instruments de mesure développés pour l’analyse et l’identification des diamants et d’autres gemmes. Ces instruments, de renommée internationale, ont été créés à la suite de longs travaux de recherche. Le laboratoire qui compte des années d’expérience dans le diamant est aussi à la tête de la majeure partie de la théorie du diamant, dont les 4 C,  la classification des couleurs D-Z et également l’échelle de la pureté « flawless-I3 ».

Les instruments qui ont été développés au fil du temps, servent aujourd’hui à certifier l’authenticité des diamants. Le GIA émet des rapports différents pour les diamants incolores et ceux qui sont colorés.

Picture10

Certificat du GIA pour un diamant incolore de taille « brillant ».

Picture11

Certificat du GIA pour un diamant de couleur de taille « brillant ».

Les certificats du laboratoire américain donnent des informations sur :

  • Les proportions du diamant : elles prennent en compte le pourcentage de la table et la profondeur du diamant. Ces deux facteurs ont un impact direct sur la brillance de la gemme.
  • Le rondiste : l’épaisseur de celui-ci doit être entre « Thin » (« fin ») et « Slightly Thick » (« légèrement épais »), pour que le diamant réfléchisse un maximum de lumière par sa table.
  • La finition du diamant : le certificat du laboratoire analyse également la qualité de la pierre ; par exemple, si le diamant est bien poli et s’il a une bonne symétrie.
  • La pureté du diamant: celle-ci dépend du nombre d’inclusions et de la position de ces dernières dans la pierre. La loupe x10 est un outil très utile pour cette tâche, car elle aide à connaitre la nature de ces inclusions.
  • La couleur du diamant : il existe divers diamants incolores ; ceux qui n’ont aucune teinte sont classés de D à H et le classement de ceux étant légèrement teintés va de I à Z. Pour les diamants de couleur, leurs teintes sont classées de « light » à « fancy vivid ».
  • La fluorescence : en présence de la lumière ultra-violette, le diamant devient fluorescent. Le diamant le plus fluorescent a moins de valeur financière sur le marché.
  • Le « plot » : un dessin du diamant figure également sur le certificat ; ce dessin situe l’emplacement des inclusions.
  • Les commentaires : ceux-ci ont pour but de donner d’autres détails concernant le diamant.

2. American Gem Society, AGS.

Picture12

Si les laboratoires AGS ont été créés en 1994, cette marque connue existe depuis 1934. A l’origine de cette société, on retrouve le fondateur du Gemological Institute of America (GIA), Robert M.Shipley, et un groupe d’élèves. L’AGS a pour but de rassembler les connaissances et expertises pour l’avancement de la gemmologie et de la joaillerie. Même s’il y a un commerce important de gemmes dans le monde, cette société compte cependant peu de membres. Ces derniers doivent posséder une grande notion de la gemmologie et doivent être diplômés de la prestigieuse école GIA ou de la « Gemological Association of Great Britain », en Angleterre.

Les laboratoires AGS ont vu le jour suite aux rapports non satisfaisants évaluant les diamants.. À partir de 1996, ils viennent approfondir les valeurs des 4 C en créant leur échelle des 4 C, classant chaque ‘C’ du diamant de 0 à 10. Le code d’éthique d’AGS est avant tout de protéger les consommateurs et non de tirer profit des diamants qu’ils analysent.

L’AGS, ayant ses propres classifications qui vont de 0 à 10, n’omet pas de mettre en parenthèses, les valeurs équivalentes du GIA.

Picture13

Certificats d’AGS pour un diamant de taille « brillant ».

3. European Gemological Laboratory, EGL

Picture14

Le laboratoire EGL a été établi en 1974 à Anvers ; suivi du laboratoire EGL d’Amérique. Même si leurs certificats ne sont pas identiques, ces deux laboratoires travaillent avec les mêmes normes. Les laboratoires EGL offrent aussi la formation de futurs gemmologues pour que ces derniers sachent allier professionnalisme et intégrité dans leur carrière à venir.

Dans le certificat émis par l’EGL, il a des distinctions avec celui du GIA ; notamment la qualité des proportions du diamant, qui n’est pas mentionnée sur les certificats du GIA. L’EGL donne aussi les proportions de la couronne et du pavillon ; mais aucune précision sur la finition de la pierre précieuse.

Picture15

Certificat d’EGL d’Amérique pour un diamant de taille « octogonale ».

Picture16

Certificat d’EGL d’Europe pour un diamant de taille « brillant ».

Les certificats des laboratoires EGL donnent contrairement des informations sur :

  • Les 4 C du diamant.
  • La fluorescence de la pierre.
  • Le « plot » du diamant.
  • Les commentaires sur le diamant.
  • Un schéma montrant l’absorption de la lumière à divers endroits de la pierre (pour le laboratoire d’Amérique seulement).

Les certificats EGL sont livrés avec la pierre dans un sac transparent et scellé. Un microfilm est inséré dans le sac et le microfilm est une copie miniature du certificat original.

4. International Gemmological institute, IGI

Picture17

L’institut de gemmologie IGI a été fondé en 1975 à Anvers. Dans le but d’être au service de cette industrie et de gagner la confiance de sa clientèle, le laboratoire est passé de trois membres du personnel au commencement à environ 250 actuellement. Les laboratoires IGI sont présents à New York, à Bangkok, à Mumbai et à Tokyo.

Le devoir de cet institut se résume aux trois premières lettres de l’alphabet :

A – Assurance sur la qualité et l’origine des diamants.

B- Beauté de chaque diamant. Le laboratoire analyse chaque détail de la pierre de sorte à la rendre unique.

C- Crédibilité que chez IGI, ils travaillent avec les standards mondialement connus.

Picture18

Certificat d’IGI pour un diamant de taille « ovale ».

Picture19

Rapport IGI d’une bague ayant un diamant taillé en « brillant ».

Les rapports des laboratoires IGI donnent des informations sur :

  • Les 4 C du diamant.
  • Les proportions détaillées de la pierre.
  • La finition de la gemme.
  • La fluorescence du diamant.
  • Le « plot » du diamant.
  • Les commentaires sur le diamant après analyses.

Si c’est un bijou qui est analysé, sa photo et l’estimation marchande de son prix sont également incluses dans le rapport.

5. Hoor Voor Diamant, HRD

Picture20

En 1976, le “Diamond Lab” du HRD a vu le jour à Antwerp, pour répondre à la demande croissante de certificats de diamants fiables et indépendants. L’institution est aussi connue comme le « Diamond High Council ».

Picture21

Rapport HRD d’un diamant « brillant ».

Les données présentes sur les rapports du HRD sont :

  • Les 4 C du diamant.
  • Les proportions des différentes parties du diamant.
  • Le « plot » du diamant.
  • Les commentaires concernant le diamant.

Le laboratoire ne donne cependant aucune analyse précise sur la symétrie du diamant et ne procède pas aux analyses des diamants déjà sertis dans les bijoux.

Tous les laboratoires ci-dessus gravent le diamant afin que ce dernier soit unique. Il est gravé pour authentifier qu’il a bel et bien été analysé en laboratoire.

Picture22

Le diamant ci-dessus a été analysé par l’AGS.

Tous ces laboratoires permettent aux clients d’avoir la certitude d’acquérir chaque pierre à sa juste valeur et de connaitre ainsi sa provenance. Ceci est d’autant plus important que les diamants peuvent être produits de manière artificielle ou traités pour camoufler d’importants défauts.

  1. J’ai a un diamant Incolore certifier par IGM Ampandrianomby a Madagascar le rapport d’identification est le suivants: Diamant Naturel Incolore; Forme/Style de taille Octaèdre-Brut; Poids: 1.030 cts;dimensions 5.65*5.53*3.50 mm Approximativement; commentaires: Néant.
    J’ai n’arrive pas calculer son prix ;est ce que qlqu’un peut m’aider?

  2. Très bon article qui explique bien comment se passe la certification d’un diamant. En revanche je trouve un peu dommage que les cours du diamant ne soient pas publiques comme tous les cours de matières premières de la planète. Cela montre bien que ce business est détenu par une poignée de personnes qui font la pluie et le beau temps dans ce secteur d’activité.

  3. Pascal Brodeur says:

    J’ai achetés plusieur bijoux le vendeur m’a demandé si je voulais les certificats d’authenticités pour un certains montant de plus, que j’ai refusé,comment puis je obtenir ces certificat par un laboratoire reconnu.

Votre avis nous intéresse !
Exprimez-vous librement.